Les 10 habitudes étranges des personnes qui réussissent

Les 10 habitudes étranges des personnes qui réussissent

11 mai 2021 0 Par sysdau-extranet

Une chose est sûre : les personnes qui réussissent le mieux – dans les domaines artistique, sportif, politique et commercial – sortent des sentiers battus. C’est peut-être pour cela qu’il ne faut pas s’étonner qu’ils aient des habitudes étranges, mais certaines sont tellement inédites qu’il est impossible de ne pas être étonné.

Voici les pratiques les plus exotiques des personnes qui réussissent.

Se lever tôt … TRÈS tôt

Margaret Thatcher, Premier ministre du Royaume-Uni pendant 11 ans, commençait ses journées non pas à 6 heures, ni à 5 heures … mais à 4 heures du matin ! On dit qu’il ne dormait que 4 heures pendant la semaine. La question est de savoir où elle a puisé l’énergie nécessaire pour bâtir la renommée de la Dame de fer ?

Porter des chaussettes différentes

Seth Godin, homme d’affaires américain et grand théoricien du marketing, est connu pour porter des chaussettes de couleurs vives, pleines de formes et différentes les unes des autres. Il le fait pour illustrer un point : celui de ne pas avoir peur de « sortir du moule ».

Offrir sa journée à Bouddha

Avant de commencer ses activités quotidiennes, Eric Ripert, chef français et propriétaire du Bernardin, l’un des meilleurs restaurants du monde, médite pendant quelques minutes et offre sa journée à Bouddha. Ripert est un fidèle du bouddhisme et un adepte du Dalaï Lama.

Porter un uniforme de travail inhabituel

Costume, cravate et mallette ? Bah : cet uniforme est réservé aux hommes d’affaires ordinaires. Le magnat des affaires Steve Jobs a défié cette règle en portant un jean, un col roulé noir et une paire de baskets New Balance pour toutes ses réunions et conférences.

Porter toujours les mêmes vêtements

Pourquoi se casser la tête à se demander quoi porter au travail si vous pouvez toujours porter la même chose ? C’est la logique (étrange) de Leo Widrich, un jeune entrepreneur et cofondateur de Buffer, une société qui gère les réseaux sociaux d’entreprise . Leo préfère porter toujours les mêmes chemises afin de pouvoir concentrer son esprit sur des « décisions plus importantes. »

Dormir dans une capsule

Non, ce n’est pas de la science-fiction… Michael Phelps, nageur et médaillé olympique américain, dort dans un compartiment à air contrôlé qui simule quelque 2 700 mètres de hauteur. L’objectif ? Forcer votre corps à travailler même pendant votre sommeil pour produire plus de globules rouges et acheminer l’oxygène vers vos muscles.

Rédiger des notes de remerciement à la main

Tous les PDG ne vivent pas rivés à leur téléphone portable et à leur tablette. Dave Kerpen, propriétaire de Likeable Local, une entreprise de médias sociaux à succès, a une pratique qui lui permet d’avoir un lien étroit avec ses employés et ses clients : écrire des notes de remerciement à la main. Il en écrit au moins trois par jour.

S’enfermer dans une chambre d’hôtel

Pour être plus productive dans la journée, Maya Angelou – poète, romancière, militante, actrice, chanteuse, scénariste et réalisatrice – s’est enfermée dans une petite chambre d’hôtel de 7 heures à 14 heures. Elle avait sur elle un dictionnaire, une bible, un jeu de cartes et une bouteille de sherry… pour stimuler sa créativité, bien sûr.

Auto-noyade

Il existe des habitudes rares, mais certainement aucune aussi extrême que celle de Yoshiro Nakamatsu. Ce Japonais de 85 ans, inventeur de la disquette, du karaoké, du taximètre et de l’horloge numérique, avait l’habitude de s’immerger la tête dans l’eau jusqu’à ce qu’il n’ait presque plus d’air. Son idée : priver le cerveau d’oxygène et le « pousser à la limite ». Il affirme qu’en étant proche de la mort, il visualisait ses meilleures inventions.

Travailler 130 heures par semaine

Marissa Mayer, PDG de Yahoo, est connue pour son hobby – ou plutôt son addiction ? – au travail. Lorsqu’il travaillait pour Google, il lui arrivait de travailler 130 heures par semaine pour l’entreprise (plus de 18 heures de travail par jour, week-ends compris). On dit que, pour faire face à un tel rythme de travail, il prend une semaine de congé tous les quatre mois.